Job sur le chemin de la Lumière

Aller vers Job, n'est-ce pas risquer d'ajouter un bavardage à celui de ses trois amis venus le visiter, auxquels on ne peut pourtant reprocher d'avoir manqué de compassion envers lui ?
...

Approcher l'Homme de douleur hors du silence me semble relever d'une insolence aussi intolérable que celle que je ressentais (et que je devais cependant surmonter) lorsque je me penchais, pleine de santé, vers les malades que je soignais autrefois.
...

Quelle impuissance devant la douleur !
C'est elle qui m'empoigne encore en abordant ce livre.
...

J'y suis poussée par la demande de ceux avec qui j'ai partagé cette réflexion sur le livre de Job, et qui se sont même donné la peine de transcrire les cassettes enregistrées de cette étude.
...

C'est aussi peut-être parce que je n'ai jamais été satisfaite de ce que j'ai lu sur ce sujet, tout en n'ignorant pas que ce livre-ci ne contentera personne ; il traite d'un mystère dont le voile que je soulève laisse apparaître un autre voile que quelqu'un à son tour écartera... jusqu'à ce que de proche en proche, nous entrions dans le secret.
...

Mais, heureusement, le guide divin peut aussi nous donner accès à ce qui n'est pas encore le secret, et nous permettre de parler. Il transporte mon coeur et me fait m'écrier :
    "L'Homme est un tout possible divin !"
...

Tout entier féminin devant son Dieu, qu'il soit homme ou femme, l'Homme est appelé par Lui et pour Lui à croître, afin d'atteindre à une dimension d'épouse.
...

Le guide en nous est donc cette Semence de divin, cette Présence, JE SUIS - YHWH en hébreu - qui se révèle à nous comme à Moïse au "Buisson ardent", sous la forme inaccomplie de Son NOM :
    JE SERAI ou encore "Je suis en devenir d'être", mais avec l'exigence de le réaliser et d'atteindre à JE SUIS !
Lui nous fait connaître la Bible inscrite en nous, et dont nous ne savons pas que nous la contenons.
Il s'adresse à nous comme à Job, en disant :
    "Je t'interrogerai, tu m'instruiras... car tu connais... "
...

Je me retrouve alors placée en Adam, à la source de moi-même, en amont de la Chute, dans cet espace sacré qui m'habite avant que le "mal" n'apparaisse.
Je suis dans le jardin de la rencontre de tout homme aimé de Dieu avec son Dieu.
...

La puissance créatrice de l'amour de YHWH, en moi conjuguée avec celle de Dieu Elohim, va transformer mes ténèbres en lumière,
    - l'humide en sec
    - l'inaccompli en accompli
    - l'inconscience en conscience
    - la multitude en unité...
...

Ce Grand-Oeuvre ne pourra cependant se faire que dans l'expérience d'une rencontre du Fils en moi, avec l'Adversaire, le Satan de la Bible.
...

L'Homme créé libre est maître du jeu.
Notre liberté de choix, que nous appelons d'un mot inapproprié, "libre arbitre", est très limitée :
on est en droit de se demander quel choix faire quand on ignore tout du jeu !
La connaissance de ce jeu a été donnée à Adam dès le départ.
Le livre de la Genèse ne fait que nous rappeler ce que nous portons inscrit dans les profondeurs de nous-mêmes, en amont de la Chute.
Notre liberté de choix s'analyse en fait en une liberté de connaissance ; celle-ci est ontologique... mais oubliée !
C'est en effet dans l'oubli que le drame de la Chute fait basculer l'ordre ontologique ; dans cet exil de nous-mêmes et de Dieu, l'Adversaire devient l'Ennemi ; et la douleur fait son entrée sur la scène du monde ; dans la douleur nous tentons de nous souvenir ; elle seule donne sens à la souffrance du "juste", de l'homme à qui la loi, dans la situation d'exil, a donné une colonne vertébrale, sans pour autant donner son axe au souffle de l'éros alors maintenu suspect dans les limites réductrices de la procréation.
Job est ce "juste" multiplié par la loi qui le fait juste ; mais Dieu l'accouchera à lui-même.
...

Nul ne peut dire à quelle époque exacte le livre de Job a été écrit ; sans doute après l'exil du peuple hébreu à Babylone, dont la littérature aura peut-être inspiré les auteurs, ce qui veut dire autour du IV ème siècle avant notre ère.
On ne peut communiquer avec le texte biblique dans la mesure où l'on assume l'exigence de son message :
Moïse a dû retourner dans les ténèbres de l'Egypte après s'être différencié d'elles, pour y travailler, faire la pâque, et commencer de cheminer vers le Verbe de Dieu.
...

L'histoire de Job est une grande histoire d'amour.

© Annick de SOUZENELLE

© Copyright 1998 - 2018 Annick de SOUZENELLE - Tous droits réservés.